F Design, portrait d’un ébéniste créateur sans limite

Guide artisan, Portraits Artisans

Bonjour Olivier ! Pourriez-vous vous présenter ?

Olivier Froissart, artisan ébéniste et créateur de la société F design. Je suis créateur de meubles design sur mesure dans un style industriel. J’ai la capacité de m’adapter à des projets de toute nature ; aménagement et rénovation dans l’ancien ou création pure et dure. À l’atelier F Design on créé des meubles uniques et des pièces très différentes les unes des autres. On ne réalise pas de meubles en série tel que l’on peut les retrouver en grandes surfaces ou dans les magasins de décoration. 

Pendant près de 6 ans j’ai travaillé dans l’évènementiel dans toute la France auprès de grandes marques. Ces entreprises n’ont souvent pas de limites : une idée sur le papier doit pouvoir être réalisée à l’identique dans un temps très court et c’est ce qui fait désormais parti de mon ADN. 

Avec la création de ma propre entreprise, j’ai continué à développer toutes mes créations de cette manière. Je travaille toujours aux côtés de mes connaissances et rencontres passées, les liens sont importants. D’ailleurs on m’a toujours appris à ne pas partir dans de mauvaises conditions d’une entreprise. 

En quoi consiste votre métier d’artisan ébéniste ?

Mon métier au quotidien est très varié ! De la création des plans jusqu’à l’étape incontournable de la fabrication en atelier. Je me donne les moyens de réussir et de répondre aux envies de mes clients. Je sais avoir le recul nécessaire quand le projet dépasse mes capacités de fabrication. Mon réseau et mon expérience me permettent d’avoir accès à toutes les compétences nécessaires pour tout type de fabrication.

La curiosité anime mes journées, je vais toujours chercher à comprendre par quel moyen je peux réaliser ce que le client souhaite. Je me donne les moyens d’y arriver et c’est grâce à cela que je peux proposer un service très personnalisé.

Quel est votre parcours ?

Avec un père ébéniste, j’ai toujours vécu dans l’univers de la confection d’objet en bois. J’ai appris à me servir de mes mains pour créer. Je me suis donc dirigé naturellement vers un CAP puis un BEP maçonnerie béton armée et génie civil.

À la suite de cela j’ai été conducteur de grue puis je me suis orienté dans l’évènementiel. Création de structures et de caravanes, ce milieu m’a permis de toucher à tout.  Durant 6 années j’ai pu découvrir de nouvelles techniques à travers des projets plus fous les uns que les autres. 

La confection de design et la réalisation de mobilier sur mesure faisait parti de mes passions. Je confectionnais des meubles et des projets à côté de mon travail en tant qu’auto-entrepreneur. Mes amis me répétaient souvent « tu as de l’or dans les mains !» alors j’ai décidé de me lancer.

Au départ je travaillais aux côtés de mon père qui me partageait son atelier. Au fur et à mesure j’ai commencé à travailler sur des projets de plus grande d’ampleur. Des clients particulier puis des restaurants et des boutiques qui m’ont fait confiance pour leurs projets intérieur ou extérieur. 

C’est grâce à mon réseau et à l’expérience que j’ai acquise durant mes années dans l’évènementiel que j’ai pu gagner confiance de mes clients. Aujourd’hui on me contacte pour un simple mobilier ou un projet d’aménagement complet !

Originalité dans la conception, création de formes nouvelles, utilisation de combinaison de matériaux inédits, sont les caractéristiques principales de l’atelier F Design. Chaque création est marquée par une estampille, une plaque en métal gravé au laser. 

Une apprentie talentueuse vient de me rejoindre à l’atelier. Ébéniste sculpteur avec plaquage, elle est la première de sa promo. Outre le fait que ses compétences sont bénéfiques pour l’atelier F Design, son expertise nous permettra de répondre à de nombreux projets sur la plateforme LILM.

Partager et transmettre des techniques de création et réalisation font partie de mes valeurs.

Je souhaite avant tout compléter les compétences de l’atelier afin de pouvoir gérer des projets de plus en plus variés. L’un de mes projets en cours est la réalisation d’une Maison France 5.

Était-il important pour vous de devenir votre propre patron ?

Je suis mon propre patron depuis deux ans maintenant, et je vis de mon activité depuis le départ. C’est un métier difficile avec un gros investissement initial qui me permet aujourd’hui de reruter une apprentie et de faire grandir l’atelier.

Comment définiriez-vous votre journée type ?

En partant à l’atelier j’ai déjà mes projets en tête. j’ai des réalisations à créer, je les réalise et j’envoie des photos au fur et à mesure de l’avancement. Le fait de partager l’avancement de chaque projet avec les clients concernés me permet d’être dans la bonne direction vu que le plus souvent j’ai carte blanche.  En tant qu’artisan je souhaite que mon client parte avec le sourire et qu’il soit content.  C’est la chose qui me fait le plus plaisir !

Quelles sont vos techniques de prédilection ?

J’affectionne la résine époxy, c’est un matériau qui demande une technique et une expertise très développée pour un rendu optimal. Le processus prend du temps, il faut être patient.

À côté de cela, j’apprécie également le tournage sur bois, une technique permettant de créer des formes complexes.

Quelle est votre organisation pour garder un équilibre entre vie professionnel et vie perso ?

C’est très dur, l’équilibre se trouve difficilement. Mais j’ai la chance aujourd’hui de pouvoir être entouré de professionnels pour toute la partie production mais aussi pour la création de plan, de l’étude de structure ou études de marché.

Le fait d’être accompagné par ces personnes me permet d’avoir la capacité de réaliser tous types de réalisations. Ma compagne m’aide aussi beaucoup pour tout le côté administratif. Le fait d’être très bien entouré m’assure de développer l’atelier dans les meilleures conditions. 

Existe-t-il des inconvénients dans votre métier  ?

Les seuls inconvénients ce sont les clients qui ne savent pas donner un prix, ou qui ne connaissent pas le savoir-faire d’un artisan aujourd’hui en France. Plus clairement, ceux sont les personnes, qui ne cherchent pas à comprendre le prix, ni le travail nécessaire pour la réalisation artisanale.

Le délai de fabrication peut aussi être compté comme un inconvénient du métier. Il faut savoir prendre les bonnes décisions à temps. Mon expérience dans l’évènementiel me permet aujourd’hui de savoir comment gérer mon temps sur un projet ou de m’entourer des bonnes personnes.

Quels sont les outils que vous préférez utiliser ?

Des outils rares et parfois oubliés !

Le tour à bois, il en existe deux types : le tour à bois d’établi pour de petites pièces, et le tour à bois d’atelier qui lui permet le tournage en toute sécurité de grosses pièces.

La mortaiseuse, c’est une machine-outil qui permet de réaliser des mortaises dans des pièces de bois. Si le terme ne vous est pas familier, il s’agit plus simplement de réaliser des trous ronds ou rectangulaires. Cet outil est souvent utilisé pour l’assemblage de deux pièces de bois entre elles. 

La toupie, quant à elle permet de creuser et d’évider le bois, de manière plus libre, afin de réaliser des moulures par exemple. 

J’affectionne particulièrement ces outils, ils me permettre de travailler sur la matière brute et de gagner en précision pour un rendu esthétique.  

Quels matériaux vous utilisez à l’atelier ?

Aujourd’hui je suis menuisier ébéniste autodidacte et travaille principalement le bois. Le chêne et le noyer sont deux des essences de bois nobles et solides. Je privilégie toujours le bois français pour toutes mes réalisations, avec une attention particulière à mon impact écologique. 

Le béton qui n’a pas de secret pour moi et me permet de réaliser des tables basses et des escaliers sur-mesure. Je travaille également la résine et l’acier.

Pour la petite histoire je me suis lancé récemment sur la réalisation de projets en marbre. J’ai pu voir des projets avec du marbre sur la plateforme de LILM, je me suis rendu naturellement vers un organisme de pompes funèbres qui m’a redirigé vers les carrières de marbre et c’est grâce à ma curiosité que j’ai pu répondre aux demandes de nouveaux clients. 

Avez-vous un mobilier ou une création signature ?

Tous mes meubles sont originaux. Je suis capable de déposer le design d’un meuble afin qu’il ne soit pas reproduit. Mes créations peuvent être certifiées en fonction de la demande à une hauteur de 600€.

Je ne souhaite pas m’imposer de limite et restreindre ma créativité. Mais ça ne serait rien par rapport au fait d’annoncer à un client que son projet n’est pas réalisable. 

Dans 10 ans espérez-vous toujours faire ce métier ?

Oui, bien évidemment ce métier fait partie intégrante de moi aujourd’hui. Je ne me vois pas évoluer hors de cet univers dans un avenir proche. 

Un conseil pour ceux qui rêvent d’une reconversion artisan ébéniste ?

Le seul conseil que je puisse donner est le suivant : faire une reconversion est possible et encore plus à l’heure actuelle, mais il ne faut pas négliger la partie formation. Vous ne pouvez pas devenir artisan ébéniste juste en regardant et en reproduisant un tutoriel sur YouTube. 

Recommandez-vous LILM à d’autres artisans ?

Alors oui ! Je l’ai déjà conseillé et même à plusieurs artisans. D’ailleurs c’est un ami dans l’évènementiel qui en a entendu parler, et qui m’a conseillé d’essayer.

Je suis ravi des projets que j’ai pu déjà effectuer avec l’aide de LILM. C’est une plateforme qui apporte beaucoup aux artisans qui veulent bien s’investir. Grâce à une équipe disponible, LILM est aussi à l’écoute des artisans et la plateforme évolue rapidement !