Après le « slow food » et le « slow fashion », avez-vous entendu parler du « slow furniture » ? Ces mouvements prennent le contre-pied de la production de masse et du rythme de vie de notre société actuelle. Retour à la production raisonnée, à la préservation de notre planète ; on recrée du lien entre nous et dans nos rapports aux objets. Depuis des dizaines d’années on a pu constater les méfaits du tout jetable, une prise de conscience était alors nécessaire.

Le slow furniture, c’est quoi ?

Le « slow furniture », mot à mot, c’est l’ameublement lent. Il n’est plus question d’acheter une décoration complète juste après avoir emménagé dans une nouvelle demeure ; ni de la renouveler tous les cinq ans. Non, avec le « slow furniture » on prend le temps de s’approprier les lieux pour savoir quel meuble durable pourrait prendre place dans quelle pièce.

On choisit des matériaux durables donc, pour des meubles qui comme ceux de nos grands-parents, pourront passer de génération en génération. Alors on privilégie le bois massif issu de forêts protégées et labellisées. On oublie les tendances décoration qui nous poussent à tous se retrouver avec les mêmes meubles, puis à tous s’en lasser, puis à tous passer à une nouvelle tendance. Que deviennent tous ces meubles construits à la va-vite, avec des matériaux non durables, quand on les remplace ?… Mieux vaut des meubles modulables qui pourront changer de fonction au gré de ses envies.

Le choix des matériaux slow furniture

Quand on se met au “slow furniture”, on se tourne alors vers du bois géré de façon durable ; on choisit des essences de bois locales. On se préoccupe de leur provenance et de leur culture. Justement, la sylviculture répond à ces questions.

La sylviculture

La sylviculture est la culture des forêts qui garantit son intégrité écologique, économique et environnementale. Cette pratique prend ses bases dans l’étude de la biologie des forêts, afin d’assurer leur développement de façon la plus naturelle possible. Les forestiers sylvicoles procèdent ainsi à différentes coupes selon les étapes de développement des forêts. Ces opérations sylvicoles se font en fonction des étapes de croissances des essences de bois présentes dans la forêt.

Il peut s’agir ainsi de coupes d’éclaircies, effectuées lorsque les arbres ont grandi bien qu’encore jeunes ; de coupes de sélection, pour les arbres matures ; ou enfin de renouvellement, grâce au semis de jeunes pousses provenant des arbres plus anciens.

Les normes et les labels de gestion de forêt

Pour aider les consommateurs à s’y retrouver et pouvoir choisir du bois provenant de forêts gérées en sylviculture, des labels sont à leur disposition. On vous parlait du label FSC, mais il existe également le label PEFC. Ces deux labels garantissent le respect des sols cultivés, de la faune et de la flore s’y trouvant ; la re-plantation des arbres ; le respect des ouvriers forestiers et des populations.

Des normes ISO encadrent également les coopératives forestières et l’ONF, du système de production à l’impact environnemental. L’éco-certification, elle, certifie la qualité de la production de bois en forêt, en usine de transformation puis au commerce de distribution.

En résumé le slow furniture est tout simplement le fait de consommer du mobilier de manière raisonnée et en privilégiant l’environnement. Pour ce faire vous pouvez utiliser l’upcycling qui permet de donner une nouvelle vie à de vieux objets ou meubles à moindre coût et d’éviter le gaspillage.