Nos modes de vie dictent l’aménagement intérieur de nos maisons. Il est fort intéressant de se projeter dans les dix prochaines années ; petit à petit, nos intérieurs se transforment complètement pour s’adapter à nos vies. Nos foyers ne sont pas les mêmes qu’il y a dix ans, notre mode de consommation est différent. Récemment, le confinement induit par le Covid19 a également bousculé nos façons de vivre sous nos toits. Voici ce que nous pouvons imaginer pour les dix prochaines années.

Un aménagement intérieur généralisé aux petits espaces

C’est un fait, nous sommes de plus en plus nombreux mais la planète ne s’agrandit pas. Nous serons prochainement contraints de vivre dans des espaces de plus en plus restreints, de plus en plus en centre ville. Alors nous allons tendre vers des aménagements intérieurs qui se concentreront sur l’optimisation de chaque mètre carré de l’habitat. À l’étape de la construction ou au remodelage, les architectes éviteront les couloirs, ou bien les rendront fonctionnels. Les rangements ne seront pas encombrants mais astucieux, ne laissant pas un mètre carré de l’aménagement intérieur au hasard. Pour cela, le minimalisme sera de rigueur. On n’entasse plus les objets qui prennent de la place inutilement, on se « Marie Kondo » pour préserver notre espace. D’ailleurs, cela vaudra pour les grands intérieurs également, qui n’auront pas plus d’espace perdu. Op-ti-mi-sa-tion, mot-clé plus que jamais nécessaire.

Des espaces modulables et évolutifs

Nos intérieurs doivent maintenant s’adapter à nos différents types de foyers qui évoluent avec le temps. Les familles se composent, se décomposent, se recomposent. Les intérieurs maison du futur s’agenceront en prévision de ces changements. Cela peut se traduire sur des cloisons modulables, pour répartir l’espace disponible dans les chambres au fil des années par exemple.

Aménagement intérieur design pour petit espace
©Batiik.fr Modulation astucieuse dans un petit appartement parisien

De plus, à cause du prix de l’immobilier toujours plus haut, il y a fort à parier que les foyers communautaires se développeront, moins pour les étudiants comme cela peut être le cas aujourd’hui, mais pourquoi pas pour les familles monoparentales ou les jeunes couples. Et les aménagements de demain en tiendront compte, avec des espaces de partage et de vie commune au centre de l’habitat ; entourés de lieux privés aménagés de façon à ne pas servir uniquement de chambre à coucher.

Des espaces à fonctionnalités multiples

En famille comme en communauté, les pièces d’une maison auront plusieurs fonctionnalités. On s’en est bien rendu compte pendant le confinement, avec le télétravail forcé qui devrait perdurer même après la pandémie ; nous avons besoin d’un espace pour travailler de la maison, que ce soit ponctuel ou non. Sauf que nous ne pouvons plus nous permettre de monopoliser une pièce pour en faire un bureau. Alors, pour s’isoler des parties communes, on rend la chambre modulable et prête à tout moment à accueillir notre espace de travail. Pour cela, un bureau mural rabattable saura se faire discret hors période de travail.

Même chose dans la pièce à vivre, dont les éléments de partage seront modulables pour varier les configurations. On peut aisément imaginer que la cuisine saura se dissimuler totalement en dehors des heures de repas. Ou bien qu’un espace isolé se transforme selon l’utilisateur en daybed, en coin de jeux ou en bureau, selon les besoins des habitants.

Un bureau dissimulé dans la bibliothèque

Un aménagement intérieur adapté à la population vieillissante

D’ici une dizaine d’années, le marché de l’immobilier sera majoritairement occupé par une population vieillissante, de plus de 75 ans. Nos intérieurs commencent à se doter de domotique toujours plus fonctionnelle, mais encore gadget. Petit à petit, cette technologie se mettra totalement au service de l’humain, discrète et utile. Notamment, elle permettra aux personnes âgées de rester plus longtemps dans leurs maisons ou appartements, grâce à des services d’assistance connectés et un agencement intérieur pratique et adapté à eux. On peut penser à une salle de bain modulable, qui s’adapterait à l’utilisateur totalement valide ou à mobilité réduite.

Une décoration fonctionnelle et confortable

L’habitat va se redéfinir petit à petit, et on verra la décoration d’un autre oeil. Son but, plutôt que de rendre uniquement joli un intérieur, deviendra plus fonctionnelle que jamais, et le rendra surtout cocon. La tendance décoration des années 2030 en France empruntera beaucoup à la tendance Hygge actuelle en provenance du Danemark. Les tons seront neutres, la lumière tamisée, les matières brutes, l’agencement confortable. Pas de fioriture, pas de décoration « inutile ».

Aménagement intérieur scandinave et matériaux bruts
Illustration : Unsplash

Une décoration intérieure en harmonie avec l’environnement

Les habitats de demain devront produire plus d’énergie qu’elles n’en consomment. Les constructions seront écologiques. L’agencement intérieur également tiendra compte de l’environnement ; on utilisera des matériaux durables, de fabrication locale, des matières naturelles, non toxiques et vegan pour la décoration. En somme, nous nous tournerons plus franchement vers le Slow Furniture. Les végétaux seront très présents dans nos intérieurs en centre ville, des systèmes de recyclage et de compost seront intégrés finement.

L’habitat de demain selon l’Atelier Germain

Un aménagement intérieur au service de l’humain

En somme, l’aménagement intérieur de demain s’adaptera parfaitement à l’humain, aussi changeant soit-il. Nous avions l’habitude de nous adapter, nous, aux habitats standards ; les innovations technologiques nous permettront de nous sentir bien chez nous à tout moment de notre vie, en adéquation avec nos pensées. L’application LILM oeuvre dans ce sens aussi, qui introduit un service numérique pour faciliter la mise en place de ces futurs aménagements. Trouvez un artisan local, choisissez des matériaux durables, aménagez l’intérieur de vos rêves !