Hausse du prix du bois de construction : les raisons d’une telle flambée

Guide artisan, Matériaux et outils

Dans la région Pays de la Loire, des fournisseurs américains ont proposé d’acheter du bois de construction à 700€ le m3 à la sortie d’une usine, habituellement facturé 200€ le m3 et livré sur le chantier.

Cette hausse du prix du bois vous paralyse, ainsi que tous les autres artisans de la filière bois. Il est impossible pour vous de s’aligner à de tels prix. Et c’est normal.
Déjà mis à mal à cause de la pandémie de la Covid-19, vous redoutez d’autant plus les conséquences dramatiques d’une pénurie de bois pour votre entreprise.

Mais alors, comment pouvons-nous expliquer les raisons d’une telle flambée des prix et quelles seront les conséquences ? Quand est-ce quand les prix reviendront à la normale ?

Le débat continue sur Linkedin avec les professionnels de la filière bois….

Hausse du prix du bois : pourquoi ?

Crise de la Covid-19, un impact majeur sur la hausse du prix du bois

A cause de la crise de la Covid-19, la plupart des usines et des scieries se sont arrêtées de produire, sans anticiper la très forte demande qui allait suivre.

Comme partout, c’est toute la chaîne du bois qui s’est arrêtée.

En commençant par les bûcherons, jusqu’aux fournisseurs de bois de construction (bois de menuiserie, d’ébénisterie, de charpente, etc.)
Mais une fois le pic de la Covid-19 passé et les restrictions assouplies, les chantiers ont pu reprendre. 

Vous avez repris à toute allure pour rattraper votre retard et sauver votre entreprise.

Tout comme vous, les artisans se sont rués sur les stocks chez les fournisseurs de matériaux, ce qui a entraîné des ruptures assez rapidement, car la production n’a pas pu supporter de telles demandes.

Les scieurs et les usines n’ont pas anticipé une telle reprise d’activité et ont dû s’adapter pour répondre au mieux à la forte reprise d’activité.

Les américains ont amplifié cette hausse du prix du bois. Ils importent maintenant du bois de construction en Europe.

Ils sont prêts à payer des sommes folles : 700€ le m3 de bois de construction, au lieu des 200€ livré sur le chantier habituellement.

Cela s’explique par leur forte reprise d’activité dans le domaine de la construction.

Malgré une reprise rapide, l’offre américaine n’arrive pas à répondre à la forte demande.

C’est pourquoi, beaucoup de fournisseurs de bois de construction se tournent vers l’Europe et importent des matières premières comme le bois, ce qui fait augmenter leurs prix et crée cette hausse des prix du bois.

C’est le cas du prix du bois de menuiserie qui a quasiment doublé dans certaines régions françaises.

La taxe imposée sur le bois canadien par Donald Trump

hause du tarif du bois et taxe canadienne

Depuis fin 2017, les Etats-Unis appliquent des taxes douanières de 20% sur les importations de bois de construction canadien.

Pour simplifier, les grumes qui ont été débitées au Canada et prêtes à être utilisées pour la construction de bâtiments sont taxées lors de leur importation par le gouvernement américain.
Beaucoup trop chères pour les fournisseurs américains de continuer de s’approvisionner au Canada, ils se tournent donc vers l’Europe pour répondre à la demande dans leur pays.

Pour les Etats-Unis, impossible de ralentir le secteur de la construction, car trop de retard a été pris à cause de la crise de la Covid-19.

C’est pourquoi ils se fournissent en Europe et dévalisent nos matières premières comme le bois de construction.

Ils sont prêts à payer le prix fort, plutôt que de faire ralentir leur économie.

Le 11 août 2020, un journal américain du Madison’s Lumber indiquait ceci : 

“Personne ne sait ce qui se passe, sauf que la demande est continue et qu’il n’y a tout simplement pas assez de bois disponible auprès des fournisseurs pour suivre le rythme”.

Cela montre clairement qu’il y a un problème sur le marché de la construction aux Etats-Unis.

La cause est un déséquilibre entre l’offre et la demande de bois, ce qui a un impact direct sur les prix.

Quand il y a davantage d’offres, les prix baissent.

À l’inverse, quand il y a une demande supérieure à l’offre, les prix augmentent en réponse.

Une raison de plus qui entraîne cette hausse du prix du bois.

hausse prix du bois : l'offre et la demande

Source : Wikipédia

Augmentation des prix du fret maritime

En plus de la crise de la Covid-19 et de la taxe douanière de 20% appliquée par Trump sur le bois canadien, un autre facteur explique cette hausse du prix du bois de construction.
L’augmentation du prix du fret maritime a explosé d’environ 400% depuis juillet 2020.

Cette envolée des prix s’explique en partie par l’embouteillage causé par le blocage du porte-conteneurs, Ever Given, dans le canal de Suez. 

Une autre explication à cette augmentation est due à la Chine, qui démultiplie ses commandes de matériaux en provenance d’Europe, ce qui creuse un peu plus les stocks des fournisseurs.

“Nous subissons des hausses sur les matières premières, mais aussi sur le transport. Avec l’augmentation du fret, le prix du container en mer a plus que doublé”, indique Roland Tanguy, P-DG de Tanguy Matériaux.

Le réchauffement climatique engendre aussi une hausse du prix du bois

hausse du prix du bois et réchauffement climatique

Une nouvelle raison à cette incroyable hausse du prix du bois de construction : les feux de forêt aux Etats-Unis. Les feux de forêt ont ravagé la côte ouest et ont détruit près de 15 000 km, s’étendant de l’Arizona, à l’Oregon en passant par l’État de Washington.

Un grand nombre d’arbres destinés à la construction ont été détruits, ce qui a causé des pertes énormes pour le secteur. La demande en bois de construction n’a pas faibli, alors que l’offre a été considérablement réduite. Pour continuer de répondre à la demande, les fournisseurs ont dû trouver une nouvelle alternative.

C’est pourquoi les Etats-Unis s’approvisionne de plus en plus en Europe, à notre grand désarroi.

Toutes ces raisons font exploser le prix du bois de construction à des niveaux jamais vus auparavant.

Quelles en sont les conséquences de la hausse du prix du bois ?

Ralentissement des chantiers

Pour vous comme pour les particuliers, cette pénurie de bois est une catastrophe.
Le peu de bois de construction disponible se vend à prix d’or, ce qui entraîne de nombreux ralentissements dans le secteur de la construction.
Les délais pour finir les chantiers sont rallongés, tout comme ceux pour les commencer.
Il est impossible pour vous d’informer vos clients sur le futur démarrage du chantier.

Tout le monde est bloqué et dépendant du réapprovisionnement
C’est tout un écosystème qui est en danger. Cette pénurie de matériaux, plus cette hausse du prix du bois pourraient avoir des répercussions énormes et toucher un nombre incalculable d’entreprises.

Il faudra donc vous armer de patience, ou être prêt à payer le prix fort, quitte à ne pas faire de bénéfice. Voire pire, certains artisans n’ont pas d’autres choix que de facturer à perte.

Des chantiers facturés à perte

Les retards de chantier causés par le manque de bois de construction pourraient être pénalisés.

Certains artisans décident malgré eux de continuer leurs chantiers.
Ils paient donc le prix du bois de menuiserie 30% de plus qu’habituellement, pour ne pas avoir à payer de pénalité, ou pire, mettre leurs employés au chômage.
Ni même faire attendre leurs clients, alors certaines entreprises facturent à perte pour continuer tant bien que mal de travailler, en espérant un retour à la normal au plus vite.

Pour les plus chanceux ils rognent leurs marges, pour les autres ils utilisent l’agent de leur trésorerie. Ce qui pourrait avoir des conséquences irréversibles pour leurs ouvriers.

Des licenciements économiques

Si la situation continue , il n’est pas impossible qu’un grand nombre de TPE et PME soient contraints de licencier leurs ouvriers pour cause de manque de travail.

La main d’œuvre est présente, mais les matériaux manquent, ce qui pourrait à terme avoir de graves conséquences sur le marché du BTP.

Les grandes entreprises ont en revanche plus de poids et de possibilités en termes de négociation.
Il est donc logique que beaucoup moins d’emplois soient menacés comparés aux petites et moyennes entreprises.

Malgré cette hausse du prix du bois de construction, les TPE et PME gardent espoir mais attendent que l’Etat apporte des solutions pour leur permettre de continuer d’exercer leur métier et comptent beaucoup sur le soutien du président de la Capeb.

Des contrats plus courts

Une autre solution peut être envisagée d’après Mr Jean-Christophe Repon, président de la Capeb, indiquait à Batiactu :


Nous rappelons à nos artisans qu’ils ont tout intérêt à être vigilants sur le libellé de leurs devis, en instaurant par exemple des prix valables un mois, avec une clause de revoyure. Nous devons expliquer à nos clients que les artisans subissent une hausse des coûts à laquelle ils ne peuvent pas faire face tout seuls. »

Il n’est donc pas impossible que vous puissiez voir la durée légale des devis se raccourcir ces prochains mois, pour vous permettre de facturer à des prix plus raisonnables.

Quand est-ce que le prix du bois reviendra à la normale ?

Pas de baisse du prix du bois prévue avant plusieurs mois

D’après plusieurs spécialistes, une baisse des prix du bois de construction n’est pas prévue avant la fin de l’année.

La demande américaine et asiatique est beaucoup trop constante pour que les choses changent d’ici à la fin d’année.

Le gouvernement français pense que la situation pourrait rentrer dans l’ordre d’ici l’été.

Les artisans sont eux, loin d’être confiants sur ces déclarations.

Beaucoup d’entre eux demandent une aide rapide du gouvernement pour sauver le secteur d’une crise grave.

Une aide du gouvernement est-elle à prévoir ?

Olivier Salleron, président de la Fédération Française du Bâtiment affirme avoir “tiré la sonnette d’alarme au niveau du gouvernement”.

Il a demandé au ministre de l’Economie, Bruno Le Maire “d’actualiser les prix à la hausse ou à la baisse suivant la fluctuation des prix des matériaux dans les mois qui viennent” et de “geler les pénalités en cas de pénurie des matériaux avérée”.

Dans le but d’éviter que vous, ainsi que les autres artisans, soyez pénalisés financièrement par vos clients. 

Il espère que le gouvernement agira au plus vite pour sauver les entreprises de la faillite et protéger l’économie nationale.

Pour Olivier Salleron,”il faudra trouver des solutions au niveau du gouvernement français, mais surtout au niveau européen”.

Une sortie de crise est-elle envisagée ?

Il faudra être patient jusqu’à ce que les prix du bois de construction reviennent à leurs prix initiaux dans les prochains mois et espérer que le gouvernement agisse au plus vite pour aider les artisans à faire face à cette flambée des prix et éviter que les chantiers s’arrêtent d’ici l’automne.

Déjà plusieurs propositions ont été annoncées le 15 juin par le ministère de l’Economie : l’annulation des pénalités de retard par les acheteurs de l’Etat, la mise en place d’un comité de crise et la médiation de filière.  En effet, de nombreux chefs d’entreprises de la filière bois comptent sur l’Etat pour les protéger et, à terme, sauver des milliers d’emplois.

Chez LILM, on tient à vous accompagner pour vous informer le plus précisément sur l’évolution de cette crise. Accédez aussi aux meilleures options d’approvisionnement de vos matériaux bois et panneaux dérivés grâce à notre réseau de partenaires.